Mariage, liberté et justice pour tous

J’ai toujours été gêné par la notion de « mariage homosexuel ». Je tiens pour « mariage pour tous ».

C’est que depuis la Révolution française l’Etat n’accorde plus de libertéS: l’Etat garantit LA liberté. C’est que la République n’ouvre pas de droits spécifiques à des catégories de la population, mais fait progresser d’un même pas le droit de tous les citoyens.

« Mariage pour tous », c’est un angle de vue politique qui pointe que c’est au moins autant la conception du mariage dans son extension la plus large qui évolue, que le sort réservé aux homosexuels dans notre société. C’est une façon d’indiquer que l’homosexualité, jointe à d’autres facteurs, a fait bouger en profondeur la conception et la réalité de la famille et de son fondement matrimonial; non qu’on a procédé à quelques aménagements de surface pour lui en permettre l’accès. Ce n’est pas une manière de prendre l’homosexualité avec des pincettes, mais de dire qu’elle est un fait social à égalité de reconnaissance avec les autres, connecté aux autres, pour le profit de tous.

L’ambition est de tout tenir ensemble. Le droit des homosexuels. Le droit des enfants élevés dans des couples homosexuels, et qui sont des enfants de plein droit bien qu’ils vivent aujourd’hui dans une sorte de vide juridique. Le droit des familles recomposées à exercer et à assumer pleinement les prérogatives et les responsabilités parentales. Le droit non seulement à adopter, mais aussi à être adopté. Le droit de tous à la liberté sexuelle. Et puisque nous allons ainsi de proche en proche, j’espère que l’extension du concept de famille attirera l’attention sur le sort des parents « isolés », pour en faire des parents de plein droit, bénéficiant d’aides spécifiques pour l’exercer.

Enfin, puisqu’il n’y a pas de raisons de s’arrêter en si bon chemin, j’aimerais faire non pas un grand écart mais juste un tout petit pas en avant pour parler du droit de vote des étrangers.

Parce que, ce qui se joue fondamentalement dans le mariage pour tous, c’est un renversement de perspective de et sur l’action de l’Etat. Selon la définition classique, il exerce le monopole de la violence légitime. Durant dix ou quinze ans, il a en réalité été monopolisé par l’exercice d’une violence symbolique à l’encontre de plusieurs catégories de la population: étrangers, immigrés, musulmans, homosexuels… Ayant cessé d’ouvrir de nouvelles zones de liberté pour la société dans son ensemble, il s’est employé à interdire à ces composantes l’accès aux droits qu’il garantissait à tous, lorsqu’il ne les leur retirait pas tout simplement.

En janvier, la question fondamentale sera donc de savoir si nous passons d’un Etat qui bloque à un Etat qui ouvre, d’un Etat qui interdit à un Etat qui autorise, d’un Etat répressif à un Etat émancipateur.

En d’autres termes, la question fondamentale sera de savoir si l’Etat redevient laïque. Cette phase de blocage de la société s’explique en effet en grande partie par la référence plus ou moins assumée à une norme anthropologique et culturelle chrétienne. Durant dix ans au moins, nous avons été un pays catho-laïque. Le fait qu’on agite la menace du communautarisme pour s’opposer au droit de vote des étrangers indique bien que le problème n’est pas posé en termes de démocratie, mais de culture. De la même manière, ce sont des références culturelles qui justifient l’opposition au mariage pour tous, même si elles prétendent se trouver souvent une caution dans la référence à la nature. Or un Etat authentiquement laïque ne reconnaît aucune norme civilisationnelle, anthropologique ou culturelle dominante. Et c’est d’un même geste qu’il accorde le droit au mariage et le droit de vote, parce qu’il cherche à promouvoir une société libre de s’exprimer et de vivre selon sa conscience dans un Etat libre de toute référence à un ordre supérieur.

Ce sont d’ailleurs souvent les mêmes qui manifestent aujourd’hui et qui manifesteront demain, contre le droit au mariage pour tous et contre le droit de vote des étrangers. Pour que notre pays avance résolument, il est à souhaiter que ce soient les mêmes qui s’embrassent aujourd’hui et qui s’embrasseront demain, par-delà les barrières mentales posées par une société qui se dit laïque mais qui ne l’est pas.

Je sais que ces deux droits donnent l’impression d’être quasiment concurrents plutôt que profondément liés. Qu’alors que les aspirations des homosexuels vont être satisfaites, ceux qui se sentent pour diverses raisons citoyens de seconde zone depuis dix ou quinze ans ont l’impression qu’on les oublie. Et que peut-être on va les laisser de côté pour des raisons assez obscures de « majorité des trois cinquièmes ». Aurais-je été Président d’ailleurs que j’aurais choisi un autre calendrier, et cherché à faire les deux réformes en même temps ou même celle du droit de vote en premier.

Mais une telle vision ne vaut précisément que dans un pays où l’on se soucie DES libertés, et où celles que l’on accorde aux uns s’exercent souvent aux dépens des autres. Dans un pays laïque qui fait le choix de LA liberté, chaque nouvel espace conquis par les uns s’ouvre pour tous. Il ne tient qu’à nous de le comprendre.

Advertisements